Famille- Education

La famille est un bien dont la société ne peut se passer. Aussi diverse soit elle, elle demeure un socle solide à son harmonie. Nous devons ainsi lui donner toutes les moyens nécessaires à son équilibre et son épanouissement. Acteurs de premier plan, nos enfants sont notre avenir, l’éducation au sein de leur propre famille et l’instruction à l’école demeurent deux points majeurs à toute politique sociétale.

Nous devons donner aux familles les moyens de grandir et se développer :

  • Grâce à une loi fiscale incitative,
  • revoir le quotient familial (2500 euros) dans l’attente d’une refonte complète de notre système fiscal
  • aider toutes les familles sans condition de ressources grâce au retour aux allocations familiales universelles
  • soutenir les parents qui le souhaitent à prendre plus de temps avec leurs jeunes enfants en facilitant notamment les congés parentaux
  • soutenir les entreprises qui ont une politique sociale innovante en termes de famille.

Je dénonce formellement tout projet autour de la Gestation Pour Autrui (GPA) qui s’apparente à une forme de régression humaine à travers la marchandisation et la corruption du corps humain. Une réflexion mondiale doit avoir lieu en ce sens et en particulier avec les pays les plus pauvres qui voient certaines femmes louer leur corps au plus offrant. Il en est de même pour la Procréation Médicalement Assistée sans père.

En termes d’éducation :

  • l’école doit retrouver sa vocation première, à savoir l’instruction, la transmission et l’apprentissage, en particulier des matières fondamentales que sont le français et les mathématiques.
  • nos enfants doivent arriver en 6e en sachant parfaitement lire, écrire et compter.
  • la formation professionnelle doit être mieux valorisée et ce, dès le collège.
  • Le lycée doit devenir un tremplin vers un choix d’avenir solide.
  • L’anglais, langue internationale incontestable, demeure la priorité absolue parmi toutes celles enseignées.
  • Les enseignants les plus qualifiés doivent apporter leur expérience auprès des élèves ayant le plus de difficultés notamment dans les Zones d’Education Prioritaires.
  • Les établissements scolaires doivent impérativement retrouver leur sérénité et leur harmonie et l’État doit y consacrer des moyens avec les équipes interdisciplinaires mobiles de sécurité. Leur emploi doit être encadré et généralisé.